Évolution à travers le temps du concept « Etat limite » ou « Trouble de la personnalité Borderline ».

Le TPE (ou de la personnalité Borderline) est une pathologie complexe et répandue. Elle touche aujourd’hui entre 2 et4 % de la population générale.

Le concept du TPE est apparu pour la première fois dans le Manuel Diagnostique et Statistique des troubles Mentaux (DSM) en 1980. Le terme « Etat Limite » fut officialisé à la suite de nombreux débats. Aujourd’hui, nous parlons davantage de personnalité Borderline (TPB).

Le terme « État limite » fut d’abord employé dans la communauté psychanalytique (de nombreuses années). C’est Adolf Stern qui fut le premier à l’utiliser (1938). Il cherchait à déterminer un groupe de patients qui ne rentrait pas dans les catégories standards de l’époque : « névroses » & « psychoses ». A l’époque, le terme de TPE désigne donc une organisation de la personnalité spécifique située à la frontière de l’organisation psychotique et névrotique. Le terme « État limite » fut ensuite largement utilisé pour définir des patients (présentant de graves symptômes) qu’on ne pouvait regrouper à l’intérieur  des catégories diagnostics.

Nous savons aujourd’hui que les émotions (dysrégulation émotionnelle), l’incapacité ou la capacité à les identifier, puis les réguler se trouvent au cœur de la problématique centrale de la pathologie borderline. Ainsi, j’ai trouvé intéressant de mettre en lumière un condensé des premières définitions du terme « État limite » (Borderline). Il est intéressant d’observer les premières similarités entre chacune d’elles (de nombreux traits communs spécifiques) et l’évolution du trouble à travers les années.

Stern (1938)

  • Narcissisme : Idéalisation simultanée et dévalorisation méprisante de l’analyste, de même que d’autres personnes du début de la vie.
  • Saignement psychique : Paralysie face aux crises, léthargie, tendance à s’immobiliser.
  • Hypersensibilité démesurée : ne supporte pas la critique, réaction démesurée, parfois proche de la paranoïa et du délire.
  • État de tension et de raideur psychique et physique.
  • Réactions négatives aux interprétations de l’analyse (vécues comme un manque d’amour et d’appréciation).
  • Sentiment d’infériorité (comportement infantile).
  • Masochisme et dépression sévère.
  • Incapacité à gérer le stress, notamment dans les relations interpersonnelles.
  • Mécanismes projectifs.
  • Difficultés à tester la réalité.

Deutsch (1942)

  • Dépersonnalisation (non psychotique).
  • Identifications narcissiques aux autres.
  • Connaissance de la réalité (conscience).
  • Pauvreté des relations d’objet, avec une tendance à adopter les qualités de l’autre personne comme manière de conserver son amour.
  • Tendances agressives dissimulée par de la passivité mais pouvant se transformer rapidement en enfer.
  • Vide intérieur, cherche à se combler en s’attachant à un groupe, social ou religieux, puis à un autre, sans cohérence de l’un à l’autre.

Schimideberg (1947)

  • Incapacité à tolérer la routine et la régularité
  • Ne supporte pas les règles sociales
  • En retard aux rendez-vous et à qui l’on ne peut faire confiance au sujet des paiements
  • Incapacité de ré-associer durant les séances
  • Faible motivation pour le traitement
  • Ne parvient pas à développer des prises de conscience qui font un sens
  • Vie chaotique – dramatisation
  • Mise en danger de la santé et petites activités criminelles
  • Difficulté émotionnelle pour établir un contact

Rado (1956) (« trouble de l’extraction)

  • Impatiente et intolérance à la frustration
  • Crises de larmes
  • Irresponsabilité
  • Excitabilité
  • Parasitisme
  • Hédonisme
  • Période de dépressions
  • Soif d’affects

Esser et Lesser (1965) (« trouble hystéroide »)

  • Irresponsabilité
  • Histoire de travail erratique
  • Difficultés dans les relations : incomplètes, chaotiques, qui ne durent pas
  • Histoire infantile précoce de problématiques émotionnelles et comportements perturbés
  • Sexualité chaotique

Grinker, Werble, et Drye (1968)

  • Caractéristiques communes à tous les TPE
  • Colère
  • Relations affectives difficiles et défectueuses
  • Pas d’identité de soi consistante
  • Dépression

DSM-IV (au moins 5 de ces critères diagnostics)

  • Efforts effrénés pour éviter les abandons réels ou imaginés
  • Instabilité et intensité des relations interpersonnelles (allant de l’idéalisation excessive à la dévalorisation)
  • Perturbation de l’image de soi
  • Impulsivité dans au moins deux domaines potentiellement dommageables pour le sujet (dépenses, sexualité, toxicomanie, conduite automobile dangereuse, crise de boulimie)
  • Répétition de comportements, de gestes ou de menaces suicidaires, ou d’automutilations
  • Instabilité affective
  • Sentiments chroniques de vide
  • Colères intenses et inappropriées / difficulté à contrôler sa colère
  • Survenue transitoire dans des situations de stress d’une idéation persécutoire ou de symptômes dissociatifs sévères.

DIB-R (Diagnostic Interview for Borderlines)

Affects:

  • Depression chronique
  • Sentiment chronique d’impuissance/ de désespoir/ d’inutilité et de culpabilité
  • Colère chronique et passages à l’acte colérique
  • Anxiété chronique
  • Solitude chronique/ ennui/vide

Cognitions :

  • Mode de pensée bizarre et expériences inhabituelles
  • Expériences paranoïdes
  • Expériences quasi-psychotiques

Modèles d’action impulsive

  • Abus de substance/ dépendance
  • Déviance sexuelle
  • Automutilation
  • Effort de manipulation suicidaire
  • Autres modèles

Relations interpersonnelles

  • Intolérance à la solitude
  • Peur de l’abandon/ d’être englouti/ annihilé
  • Contre dépendance, conflits par rapport aux aides
  • Dépendance/masochisme
  • Dévalorisation/manipulation/sadisme
  • Exigence/ impose ses droits
  • Régressions durant le traitement
  • Problèmes de contre-transfert/relation de traitement difficiles

Note : Tiré du livre de Marsha Linehan « Traitement-comportemental du trouble de personnalité état limite »

Références :

American Psychiatric Association. (2003). DSM-IV-TR : manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Paris, France : Masson.

Stone, M.H.(1980). The borderline syndromes: constitution, personality, and adaptation. New-York: McGraw-Hill

Zanarini, M.C., Gunderson, J.G., Frankenburg, E.R. &Chauncey, D.L.(1989).Diagnostic Interview for Borderlines : Discriminating BPD from other Axis II Disorders. Journal of personality disorder, 3(1), 10-18.

 

 

 

 

1 réflexion sur « Évolution à travers le temps du concept « Etat limite » ou « Trouble de la personnalité Borderline ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *